Pages Suite  
 
 
Découvertes en février 1772 par le Quimpérois Yves de Kerguelen, les îles qui portent son nom s'étendent au sud de l'Océan Indien, en bordure du cinquantième parallèle.

Les Iles Kerguelen sont composées de quelque trois cents îles et îlots et possèdent un littoral découpé à l'extrême. Leurs paysages austères de plaines, de vallées, de glaciers et de montagnes sont parsemés d'une multitude de lacs.

Le climat de l'archipel est de type tempéré froid avec une moyenne annuelle de 4,4°C et de faibles écarts entre les saisons. Les précipitations de pluie et de neige sont importantes. Mais le maître absolu des lieux est le vent, le grand vent subantarctique qui souffle 350 jours par an.

Pendant leurs deux siècles d'histoire, les Iles Kerguelen ont vu se succéder les chasseurs de phoques, les expéditions scientifiques, les industriels de la mer et les corsaires allemands pendant la seconde guerre mondiale. Une base scientifique permanente, Port-aux-Français, a été installée en 1950.

La végétation terrestre est pauvre et composée essentiellement de mousses et de lichens. En revanche, ces terres constituent, malgré quelques introductions malheureuses, un extraordinaire sanctuaire pour les mammifères et les oiseaux marins qui viennent s'y reproduire.

Mais, au delà de la vie animale, de l'histoire et de l'isolement, un élément magique envoûtera le voyageur de passage dans les Iles Kerguelen : les fabuleuses lumières australes qui baignent ses paysages désolés...

Pages Suite