1810-1811 : Le Duke of Portland

Le Duke of Portland, phoquier anglais, séjourne aux Kerguelen. Son capitaine, John Matley, y décède le 12 décembre 1810.


 
1820 : La Petite Henriette

La Petite Henriette, capitaine Réné Decaen, navire phoquier de Saint-Malo, séjourne dans les Iles Kerguelen du 20 au 31 janvier. Les raisons de ce voyage restent mystérieuses dans la mesure où aucune opération de chasse n’aurait été réalisée.


 
1822-1823 : Benjamin Morell

Benjamin Morell, à bord du Wasp, aurait fait escale à Port Christmas, le 31 décembre 1822 et passé une semaine aux Kerguelen. Les récits très controversés du navigateur ont inspiré Edgar Poe pour ses Adventures of Gordon Pym of Nantucket.


 
1825-1829 : John Nunn

Arrivé en août 1825 dans les Iles Kerguelen à bord du phoquier anglais Royal Sovereigh, John Nunn subit deux naufrages successifs sur les chaloupes Frances et Favorite dans l’ouest des Kerguelen. Lui et ses trois compagnons resteront naufragés plus de deux ans. Sauvetage de John Nunn et ses compagnons fin 1827 par le Sprightly et le Lively, du capitaine Alexander Distant. Campagne de chasse. John Nunn ne repart des Iles Kerguelen que le 25 mars 1829.


 
1831-1832 : Le Betsey and Sophia

Naufrage du Betsey and Sophia, baleinier londonien, sur la côte sud des Kerguelen, le 16 mars 1831. Le 22 octobre, quelques hommes partent sur une embarcation de fortune baptisée Liberty et rallient la Tasmanie le 20 janvier 1832. Dès lors, un navire de secours, l’Adélaïde, est armé et arrive aux Kerguelen le 25 janvier 1833 pour secourir les autres membres de l’équipage, sans savoir que ceux-ci ont déjà été secouru par le Royal Sovereigh depuis un an.


 
1835 : Le Georges Howe

Le George Howe est le dernier chasseur anglais signalé aux Kerguelen.


 
1840 : Sir James Clark Ross

Sir James Clark Ross, sur les navires Erebus et Terror, séjourne dans les Iles Kerguelen de mai à juillet 1840. De nombreuses études scientifiques sont menées : flore et faune par le botaniste Hooker, géologie par Mc Cormick qui découvre des gisements de bois fossile, observations sur le magnétisme terrestre et la météorologie, relevés hydrographiques. Le navigateur rapporte qu’il a croisé plusieurs centaines de navires phoquiers américains pendant son passage aux Kerguelen !


 
1851-1853 : Le Julius Caesar

Le Julius Caesar, commandé par le plus célèbre chasseur de New London, Ebenezer Morgan, séjourne deux années aux Kerguelen. Il mouille dans le fond de la Baie Accessible. D’autres navires effectuent des opérations de chasse, dont le Corinthan, le Peruvian et le Franklin. Comme Ebenezer Morgan, beaucoup de capitaines ont emmenés avec eux femmes et parfois enfants et toute une société vit dans ces lieux reculés, où l’on assiste même à des naissances.


 
1859 : L’Ofley

Présence de l’Ofley, commandé par le capitaine australien Robinson. Son épouse donnera naissance, le 11 mars à un enfant baptisé James Kerguelen Robinson, connu plus tard sous le surnom de Kerguelen Jim.

La production d’huile minérale en 1857 en Roumanie, le gaz d’éclairage et la guerre de sécession (1861-1865) vont sonner le glas des baleiniers qui vont venir chaque année de moins en moins nombreux dans les Iles Kerguelen.


 
 
Le cimetière de baleiniers américains de l'Anse Betsy


 
1874 : Passage de Vénus devant le Soleil

A l’occasion du passage de Vénus devant le Soleil prévu le 9 décembre 1874, de nombreuses expéditions d’observations sont organisées dans le monde, dont plusieurs aux Kerguelen, point d’observation privilégié dans l’hémisphère sud.

06 au 31 janvier 1874 - L’expédition anglaise du Challenger, capitaine Nares, séjourne dans divers secteurs des Kerguelen et effectue de nombreuses observations scientifiques sous la direction de Wyville-Thomson. Le Challenger laisse des recommandations pour le Volage, qui devra amener la mission astronomique anglaise. Pendant son séjour, le Challenger rencontre plusieurs phoquiers, dont le Rosswell King, l’Imogen, l’Emma Jane et le Charles Colgate.

07 au 10 février 1874 – Le navire de guerre allemand l’Arcona, commandé par Von Reibnitz visite la côte orientale pour préparer l’expédition astronomique qui sera amenée par la Gazelle.

10 septembre 1874 au 11 janvier 1875 – Le Swatara dépose la mission astronomique américaine à proximité de l’actuel Cap Kidder, dans le Golfe du Morbihan. Cette mission est récupérée par le Monongahela.

26 octobre 1874 au 06 février 1875 – Mission astronomique allemande de la Gazelle, dirigée par le Dr Boergen. Les scientifiques sont déposés à l’Anse Betsy, dans le fond de la Baie Accessible où ils installent un campement de toile. La Gazelle effectue des relevés hydrographiques de la côte nord-est.

05 novembre 1874 au 27 février 1875 – Mission astronomique anglaise du Volage. Installée en Baie de l’Observatoire, la mission dirigée par l’astronome R.P. de Perry, sera récupérée par le Supply. Le Volage restera célèbre pour avoir la malencontreuse idée de lâcher des lapins sur l’île.



 
1881-1882 : John Fuller

Le Pilot’s Bride fait naufrage aux Kerguelen le 02 octobre 1881. Le capitaine John Fuller et ses compagnons survivent pendant onze mois, se couvrant de peaux de phoques. Il sont secourus par le Francis Allyn, affrété par leur armateur.


 
1893 : L’Eure

Prévenu de certaines prétentions britanniques et australiennes, le gouvernement français ordonne la prise de possession officielle des Iles Kerguelen. Le 01 janvier 1893, l’aviso l’Eure, commandé par le capitaine de frégate Lieutard, effectue une première prise de possession officielle en Baie de l’Oiseau, où il croise le capitaine John Fuller, capitaine du Francis Allyn. Le 07 janvier, une nouvelle cérémonie est faite à Port-Gazelle et un dépôt de vivres pour naufragés est déposé. L’Eure quitte les Kerguelen le 15 janvier.


 
1893 : Les frères Bossière

En complément de la prise de possession, la France, par décret du président Sadi Carnot, accorde la concession des îles pour 50 ans aux frères Bossière, à charge pour eux d'y implanter les installations pour mener à bien leurs projets. Prise de possession et exploitation réelle des lieux : les conditions pour une souveraineté de la France sont enfin réunies.


 
1893-1894 : L'Antarctic

René et Henri Bossière prennent des contacts avec les chasseurs norvégiens, maîtres incontestés en matière de chasse à la baleine. Sous le commandement de H. J. Bull, l'Antarctic, capitaine Kristensen, séjourne aux Kerguelen du 18 décembre 1893 au 03 février 1894 et y chasse l'éléphant de mer.


 
Les frères Bossière

Le 26 mars 1896, le Ministre des Colonies signe un arrêté nommant René Bossière Résident de France aux îles Kerguelen.


 
1897-1898 : L'Edward

Le schooner norvégien Edward, capitaine C. Stensohn, séjourne aux Kerguelen du 07 décembre 1897 au 20 février 1898. Il constate la bonne rentabilité de la chasse aux éléphants de mer.


 
1898 : La Valdivia

L'expédition scientifique allemande "Deutsche Tiefsee" de la Valdivia, capitaine Undalbert Krech, séjourne aux Kerguelen, du 25 au 29 décembre, dans le Bassin de la Gazelle. Sous la direction du professeur Carl Chun, les scientifiques font peu d'observations dans ces lieux.


 
Sources :

Amiral de BROSSARD : Kerguelen. Tome 1 : Le découvreur. Tome 2 : Le découvreur et ses îles. Editions France-Empire, 1970.
COUESNON, Pierre et GUYADER, André : Histoire postale des Terres Australes et Antarctiques Françaises, des origines à 1955. Publié à compte d'auteur, 1999.
DELEPINE, Gracie : Les îles australes françaises, Editions Ouest-France, 1995.
DELEPINE, Gracie : Histoires extraordinaires et inconnues dans les mers australes, Kerguelen, Crozet, Amsterdam et Saint-Paul. Editions Ouest-France, 2002.
DUCHENE, Jean-Claude : Kerguelen, recherches au bout du monde. Territoire des Terres Australes et Antarctiques Françaises, 1989